Dans mon petit

 

Dans mon petit havre de paix, je me plais à rêver, à oublier le monde qui grouille de misères et d'absurdités. Ma porte en ferraille se referme sur une caverne où s'entassent des tas de petits riens mais rien dont je ne ma lasse d'en admirer la beauté et l'inutilité. Aucun objet utile, rien qui ne me rappelle mes devoirs, qui n'emprisonne mes pensées et mes gestes. Ma porte en ferraille s'ouvre vers l'infini, vers l'invisible, vers l'éphémère que je tente incessament d'approcher pour en saisir la magie créatrice. Dans cette solitude, je m'éveille et m'émerveille d'un petit monde qui me protège de cette autre solitude qui me guette sur le palier.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir